Déroulement de l'épreuve


L'épreuve est précédée d'un temps de préparation de 10 min.

L'épreuve dure 20 min et se déroule intégralement en chinois mandarin.

Elle est divisée en 2 parties de 10 minutes chacune :

  1. Exposer la notion : il s'agit de présenter la notion à partir du dossier. Au niveau A2, la présentation est assez simple : il s'agit de faire ressortir la notion des textes et des images du dossier. C'est la compétence "s'exprimer en continu". L'examinateur ne doit pas interrompre le candidat sauf pour l'aider à se relancer s'il bloque.
  2. Entretien avec l'examinateur. C'est la compétence "Prendre part à une conversation". L'examinateur pose des questions sur la notion et le dossier. Comme le niveau A2 ne permet pas d'aller très loin dans la notion, des questions plus générales sont souvent posées (Es-tu déjà allé en Chine ? Que veux-tu faire plus tard ? ....)
Pendant l'épreuve, la lecture d'environ 200 caractères sera demandée par l'examinateur. Cela est particulier au chinois et n'est pas compris dans la grille d'évaluation. (voir l'article sur l'évaluation).


Pour décrire plus précisément le déroulement de l'épreuve de chinois LV3, voici une petite chronologie des événements :

  1. Après une nuit blanche et 3 cafés bien corsés, les candidats attendent devant la porte que l'examinateur, bien plus serein que les candidats (pas si sûr !), arrive et ouvre la porte. Première surprise, tous les candidats sont convoqués à la même heure, par exemple 8h30 pour le matin, mais certains ne passeront que bien plus tard. L'occasion de réviser et de reprendre un café....
  2. L'examinateur arrive, ouvre la porte, s'installe et appelle le premier candidat. Celui-ci entre et présente sa convocation, une pièce d'identité et ses deux dossiers en double exemplaire (un pour l'examinateur et l'autre pour le candidat). Normalement, l'examinateur vous parle déjà en chinois, mais au vu du stress de certains candidats, il arrive qu'il parle un peu en français. 
  3. L'examinateur choisit une notion (donc un dossier) et donne des feuilles de brouillon au candidat et l'installe dans un coin de la salle.
  4. Le candidat, fébrile, prépare son épreuve pendant 10 min (voir l'article : comment bien préparer son oral de chinois)
  5. À la fin des 10 min, l'examinateur appelle le candidat qui s'installe et présente son exposé pendant 10 minutes. Honnêtement, c'est pratiquement impossible de tenir un monologue de 10 minutes au niveau A2. De plus, on perd plusieurs minutes à s'installer, vérifier les documents, etc.
  6. Après l'exposé du candidat, l'examinateur pose des questions sur la notion. Il peut aussi faire rentrer un autre candidat pour qu'il prépare pendant 10 min. Mais certains examinateurs le font à la fin de l'épreuve. Si le candidat a fait un bon exposé, l'examinateur est très embarrassé, car le candidat a certainement déjà tout dit sur la notion. Il ne faut donc pas s'étonner si l'examinateur pose des questions sur ce que le candidat a déjà dit. Comme il faut tenir 10 minutes d'entretien, l'examinateur va aussi poser des questions plus générales (voir la page "questions possibles lors de l'oral"). 
  7. L'examinateur clôt l'oral. Attention : l'examinateur n'a pas le droit de vous donner une appréciation sur votre oral !
  8. Le candidat sort et est assailli par ses camarades pour savoir comment ça s'est passé, quelles questions ont été posées, si l'examinateur est sympa....
  9. Deux possibilités se présentent alors pour le candidat : soit il stresse comme un fou avant d'avoir les résultats (début juillet) soit il se sent soulagé d'un poids énorme et se demande pourquoi il s'est inquiété pendant 6 mois sur quelque chose qui, finalement, n'était pas si compliqué que ça.
  10. Le jour des résultats : le candidat obtient enfin sa note et s'étonne en la comparant avec ses petits camarades qu'elle ne soit toujours très représentative de son niveau. Il comprend enfin que le plus important était de pouvoir noter sur un CV qu'il a fait 3 ans de chinois, que le bac est trop aléatoire et qu'il aurait dû écouter son enseignant qui lui disait de passer le HSK, certificat bien plus objectif qu'un oral de bac....

Une particularité de l'oral de chinois par rapport aux autres langues est la lecture oralisée ( = à voix haute) des sinogrammes. L'examinateur doit vous faire lire un "court" passage (la consigne est d'environ 200 caractères, ce qui fait beaucoup) pour juger de votre compétence de lecture. Cette compétence n'est pas dans la grille d'évaluation officielle (voir la page Barème et évaluation) commune à toute les langues. Elle peut se faire à n'importe quel moment de l'épreuve. Il arrive même que l'examinateur oublie de le faire....


Modifié le: mardi 2 juin 2015, 09:35